Les économies d’échelle sont au cœur des préoccupations de toutes les sociétés. Synonyme d’optimisation, réaliser des économies d’échelle consiste pour l’entreprise, à diminuer son coût de revient unitaire tout en augmentant sa capacité de production.

Réaliser des économies d’échelle dans une société industrielle

Le cas est typique. Dans les sociétés industrielles, il existe des processus de fabrication ou de transformation. Ces processus segmentent en différentes opérations, les différentes tâches nécessaires à la réalisation de l’ensemble. Pour que l’organisation soit la plus optimale possible, il faut réfléchir à tous les aspects de la production. La disposition et l’organisation de la chaîne de fabrication est primordiale mais également le processus d’approvisionnement, le turn-over du personnel, des machines et le contrôle qualité qui doit suivre la cadence... Les économies d’échelle potentielles peuvent se nicher à tous les niveaux. Par exemple, un lieu de stockage des matières premières proche de la zone de production pourra se révéler bénéfique. Différentes méthodes d’analyse existent pour optimiser les rendements.

Des économies d’échelle pour une société de services

Lorsque l’on prononce le terme d’« économie d’échelle », on pense immédiatement aux entreprises qui réalisent des achats en volume pour faire diminuer le coût unitaire. Bien sûr, acheter des stylos en masse permettra de négocier leurs prix, faut-il encore pouvoir les stocker sans qu’ils se dégradent. Mais les véritables économies d’échelle pour les sociétés de services sont ailleurs. Elles peuvent se traduire par l’optimisation du processus de recrutement, une méthodologie de formation pour le personnel ou encore rationaliser le service vendu. Par exemple, concernant le recrutement, l’entrepreneur moyen a pris l’habitude de travailler avec des jobboards ou des cabinets de recrutement, processus long et coûteux. Il faut donc changer de méthode. Comment ? En explorant le recrutement disruptif par exemple.

Les limites aux économies d’échelle

Un des meilleurs exemples en matière d’économie d’échelle est le système des franchises. Une société-mère possède une marque et l’exploite. En échange de l’utilisation de sa notoriété, elle impose à ses franchisés, d’utiliser toujours les mêmes ressources et les mêmes fournisseurs. Habituellement, les sociétés mères créent une centrale d’achat commune qui se charge de grouper les besoins des franchisés et d’acheter en volume. Le contrat qui lie les deux entités stipule que le franchisé a l’obligation de se fournir exclusivement à la centrale d’achat du groupe. Ce système d’économies d’échelle est l’un des plus abouti mais comportent néanmoins quelques failles. En effet, les franchisés ne disposent pas de l’autonomie suffisante pour parfaitement coller à la demande locale.
>  Voir toutes mes News