Le management n’est pas une science exacte. Travailler avec des collaborateurs implique de savoir dire « non » en certaines circonstances sans pour autant rompre la motivation du salarié.

Refuser une augmentation

Tout travail mérite salaire. Cet adage est toujours vrai et doit être appliqué en tout temps. Alors, faut-il systématiquement récompenser un salarié méritant par une augmentation de salaire ? La réponse est non. A travaux exceptionnels, rémunération exceptionnelle. Lorsqu’un salarié réalise une ou plusieurs actions avec brio sortant de sa fiche de poste, il est de bon ton de récompenser son salarié, avec une prime par exemple. Au contraire, lorsqu’une situation devient récurrente, c’est le poste qui doit évoluer, la rémunération également. Alors, lorsqu’un salarié se présente pour demander une augmentation sur le simple fait de son ancienneté ou parce que son collègue est mieux payé, il faut dire non.

Argumenter ses décisions

Pour un salarié, il n’y a rien de pire que d’ignorer ce que sa hiérarchie pense de son travail, cette situation pouvant entraîner des réflexes de paranoïa. Le dialogue est essentiel pour maintenir de bonnes relations de travail et entretenir la motivation de ses équipes. Il arrive fréquemment de devoir refuser une augmentation, de s’opposer à une évolution de poste ou de devoir blâmer un salarié. Qu’importe, l’important est de justifier vos actions par des explications claires. La transparence entraîne la franchise et vos équipes le ressentiront. Ainsi, lorsque le discours est limpide, les salariés savent ce qu’il faut faire et ne pas faire pour pouvoir progresser dans leur carrière. Cette démarche en management est une grande source de motivation.

Trouver des alternatives pour motiver

Travailler en équipe implique de gérer régulièrement des situations conflictuelles. Dire « non » à un salarié est frustrant pour les deux parties. Il faut donc savoir gérer la situation et trouver des compromis, des alternatives. Dialoguer avec le salarié peut donner lieu à des solutions fertiles qui ne sont pas forcément celles initialement imaginées. Un salarié voulant quitter l’entreprise peut être agréablement surpris par une proposition de temps partiel. Un salarié demandant une augmentation pour ses bons et loyaux services peut être extrêmement satisfait de passer en « télé-travail », sous réserve que le poste soit éligible à cette forme d’organisation du travail et que l’employé corresponde au profil des salariés pouvant en bénéficier. Tout dépend des situations.
>  Voir toutes mes News